Sous la pression des tarifs low costs [8/8]

Vous êtes chers par rapport à d’autres voix !

Combien de fois par mois vos clients vous demandent de faire un effort sur vos tarifs ou vous compare au marché ?

Si vous refusez, une incompréhension et frustration s’installe côté client. Votre service d’enregistrement ne nécessite aucun achat de matière première… Il est pourtant facile de diminuer votre tarif, c’est que vous ne le voulez pas.

Bien sûr, l’équipement de votre home studio est un coût initial qu’il faut amortir. Mais une fois amorti, diminuez-vous vos tarifs pour autant ? Non, c’est normal.

Néanmoins, le marché actuel ne vous laisse guère le choix. Il ne s’agit pas pour les voix de baisser leurs tarifs, mais à repenser le modèle tarifaire, c’est-à-dire la présentation de leurs tarifs. Les tarifs low costs ne détruisent pas le marché au contraire, ils le dynamisent en reformulant les offres. Pour résister aux offres low costs, il faut savoir proposer un tarif basique (de base et épuré) et des options payantes.

Un tarif bas n’est pas forcément un tarif low cost

Un autre point important sur la présence de tarifs bas qu’ils ne faut pas associer à des tarifs low costs. Les tarifs proposés par d’autres pays.

Nous ne vivons pas tous dans le même pays et les différences de salaires se répercutent dans les tarifs en production. Un tarif normal pour un pays, par exemple le niveau de vie en Inde est nettement inférieur à celui des pays occidentaux ou outre-Atlantique. Les tarifs proposés bien en dessous de notre marché sont perçus à tort comme des tarifs low costs alors qu’il s’agit de tarifs low fare de pays émergents basés sur le seul avantage du coût du facteur travail.

Comment faire face à ce type de situation pourtant bien présente sur le marché de la voix-off ?

Proposer un tarif hyper-compétitif dans le meilleur rapport qualité/prix reste le nerf de la guerre commerciale. Le model low cost ouvre une voie prometteuse dont l’avenir semble assuré. Ces tarifs toujours plus séduisants ne relèvent d’aucune magie mais d’un processus de production optimisé et intelligemment réfléchi. Quel que soit votre tarif, vous devrez l’accompagner d’options payantes quasi indissociables. Un enregistrement voix-off s’accompagnera toujours d’une nécessité de diffusion ; à vous de définir une option payante réfléchie et intelligente pour séduire votre client de choisir votre proposition plutôt que celle d’une autre voix.

Si la priorité est portée sur le coût de la production, votre client peut tout à fait dénicher sa voix coup de cœur en vous écoutant. Il veut s’assurer de faire le bon choix et être certain de faire une bonne affaire : il recherche le bon équilibre de ce représente pour lui le rapport qualité/prix.
Un tarif n’est plus un obstacle si son sentiment de sécurité est suffisamment grand et votre client remettra la main à la poche pour accepter vos conditions tarifaires.

J’espère que cette suite de 8 articles vous aura apporté un bénéfice dans votre vision tarifaire dans notre métier. N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires ; ça fait plaisir de vous lire en retour. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.