un profil client à deux polarités [7/8]

Le consommateur d’un tarif low cost est tout à fait en mesure de s’offrir un service au tarif high cost (tarif de luxe). Par exemple : un client recherche un tarif low cost pour un enregistrement voix-off. Ce même client peut tout à fait s’offrir la plage horaire dite de grande écoute (prime time) pour la diffusion de son message.

En tant que voix-off, vous êtes au début du processus de production. Et pourtant, il s’agit du bout de la chaine en ce qui concerne le budget du client. Les offres de diffusion laissent peu de place à la négociation. L’audience que le client veut toucher à un prix déjà calculé à l’avance par la régie publicitaire ou le média diffuseur. Ce qui reste dans l’enveloppe sera ce qui paiera la production du message.

Pour le client, l’enjeu est donc la cible recherchée (la couverture médiatique possible) dans son budget. Au fil du temps, les tarifs voix-off se sont réduits allant jusqu’à 60 % moins cher qu’auparavant.

Hors, le low cost parvient à monter en gamme et un site de vente de micro-services l’a particulièrement bien compris.
Fiverr : une marque synonyme de low cost avec ses offres à $5. Mais avez-vous prêté attention aux options proposées à chaque offre de service (Gigs) ?

Une offre de base offrant des services complémentaires payants. Un modèle de tarif low cost que nous avons déjà démontré et décrit précédemment pouvant monter en gamme au gré de ce que désire le client. Un modèle de business qui offre un service parfaitement aligné à la demande. D’un point de vu marketing, Fiverr prouve sa bonne compréhension du marché actuel.

Cela pourrait changer votre vision marketing sur les prix bas… Mais sommes-nous toujours en position de force lorsqu’on est sous la pression des tarifs low costs ? Nous répondrons à cette question demain ! 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.